Return to site

Inspirations fortes & émissions conscientes

Je réfléchis à rendre plus écologiques et conscients certains stages que j'organise... notamment à cause de transports en avion. Auriez-vous des conseils à me partager à travers vos propres expériences ?

Depuis 2 ans, j'organise des séminaires de ressourcement & de créativité dans les campagnes françaises avec Co-Gitons : ce sont des moments doux et puissants à la fois, qui aident les participants à avancer sur leurs projets et nourrissent leur relation à la nature. J'ai aussi la chance d'organiser des voyages "plus lointains", avec la même intention de faciliter des expériences profondes ("deep experience", pour reprendre la sémantique de l'écologie profonde), notamment en Angleterre au Schumacher College et en Égypte dans la Baie de Sataya. Se pose alors de manière plus vive la question de l'emprunte écologique de ces voyages. Si je souhaite contribuer à des impacts positifs*, je ne veux pas faire l'impasse sur les effets négatifs de ce type d'activités. Notamment, vis à vis de l'emprunte carbone de nos transports.
Avec Leina, nous aurons le plaisir d'organiser un voyage inspirant cet été sur les thèmes "Apnée & Créativité" avec des dauphins en Mer Rouge. En faisant la promotion de ces activités, nous soutenons donc aussi, d'une certaine manière, l'idée que "vivre une expérience hors du commun" justifie le fait devenu tristement ordinaire de prendre l'avion. Julien nous a interpelé plusieurs fois sur cet enjeu !
Ce post pour partager mes réflexions (recherche de cohérence) et demander aussi conseil ("co-errance") pour avancer au mieux sur un chemin de conscience et d'écologie concrète. L'article de Rob est un bon point de départ (merci Julien) : http://www.resilience.org/stories/2017-11-09/take-plane-heres/

ET VOUS, VOUS COMMENCERIEZ PAR OU ?
Ce que je me dis :
1) PRENDRE CONSCIENCE : réfléchir à l'ensemble de mes activités et des voyages que je génère sur une année. Regarder ce qui pourrait être arrêté, être amélioré, remplacé. J'imagine que cette étape peut se faire avec une approche intellectuelle mais également sensible. En plus de mon tableau excel, je prendrai un temps ce printemps pour écouter de manière plus intuitive ce que la nature me dit sur ce sujet.
2) MESURER : Sur les activités que je maintiens/développe, mesurer les effets négatifs qu'elles induisent. L'émission de CO2 des transports est un indicateur sur un seul maillon de la chaine de mes activités. Il y en a sans doute d'autres (ex.: l'emprunte écologique de mes fournitures, de mes activités digitales...).
Que me recommanderiez-vous d'utiliser pour une approche plus complète que juste les transports ?
En commençant par les transports, quelle méthode de calcul et quel indicateur ?
Sur les émissions de CO2 des trajets en avion, j'ai trouvé plusieurs sites d'évaluation :
http://eco-calculateur.aviation-civile.gouv.fr
www.climatmundi.fr
https://co2.myclimate.org
https://co2solidaire.org
Des recommandations dans l'utilisation de ces "calculateurs" ?
3) COMPENSER
Certains sites proposent, après calcul des émissions, une valorisation € pour financer des projets qui séquestrent du carbone. Il y a plusieurs biais dans cette approche ; à commencer par le fait que le carbone que j’émets est bien dans l'air, et crée des "dommages" qu'un calcul purement comptable ne neutralise en réalité pas (cf l'article de Rob ci-dessus). Si je choisis néanmoins cette voie de "compensation", vers quelle modalité aller ? Comment ne pas s'arrêter juste aux mathématiques "un kg de CO2, ca coute tant"...
J'aimerais bien financer des projets qui valorisent des dimensions écosystémiques (ex.: des approches d'agro-foresterie dans des programmes de reforestation, où la variété des contributions des arbres peut être prise en compte... ie planter/prendre soin d'arbres dont la valeur n'est pas juste de séquestrer du carbone) et esthétiques (la forêt a de la valeur pour moi parce qu'elle offre bien plus au monde que la simple production alimentaire).
Des idées de projet que je pourrais aider ?
J'aimerais aider ces projets à la fois en tant qu'organisateur et aussi en invitant les participants à soutenir cette action : nous pourrions choisir chaque année quelle action environnementale soutenir.
4) TROUVER DES VOIES ALTERNATIVES
Ces premières étapes seront menées en parallèle de réflexion permettant d'activer, à l'avenir, d'autres pistes économes en carbone.
Concrètement, imaginer par exemple des connexions aux Dauphins sans passer par l'avion : la projection du film Mer Ocean pourrait y aider :)
D'autres idées ? A suivre !

PROCHAINS PETITS PAS
Je serai heureux de lire vos commentaires.
Si je regarde notre voyage en Égypte (avion de Bruxelles à Marsa Alam), les sites ci-dessus estiment entre 0,5 et 1,8 tonnes d'émission de CO2 par participant.
La valorisation de la compensation serait entre 30 et 50€ par participants.
Pour un groupe de 15 personnes, nous pourrions avoir un budget de 750€ à investir dans un projet qui fait du sens.
(A rajouter sans doute aussi le poids écologique du bateau à moteur, 1 semaine en mer).
Voyez-vous des manières d'améliorer mes calculs ?

Merci 🍀🙏

* : le début de mes réflexions sur l'évaluation de l'impact de Co-Gitons
http://oliviermaurel.strikingly.com/blog/inventer-une-entreprise-aux-impacts-positifs

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly