Return to site

Mon premier métier : "Etre Vivant"

Retour mon premier mois, sans emploi... Alors que j'aurais pu foncer pour "monter ma boite", j'ai apprécié jouer avec une sorte de kaleidoscope d'expériences. La question n'était pas "que faire ?" de mon nouvel emploi du temps, mais "que vivre ?"

1er octobre 2016 : je ne suis plus salarié.

Que faire ?

Biensur, avant de prendre la décision de quitter "un (très) bon job dans une (très) bonne boite", j'ai pris le temps de travailler ma réponse. Dans le verbe (j'en parle ici) comme dans l'action (j'ai développé des missions de conseil et des séminaires auprès de 200 personnes cette dernière année, en parallèle de mes fonctions chez Danone). A "Que faire ?", je pourrais donc me contenter d'une réponse automatique et de dérouler un "plan".

Et pourtant (peut-être parce je n'aspire ni à une vie d'automate, ni à n'explorer le monde qu'en deux dimensions), pour ce mois d'octobre, je me suis intéressé à la question "Que vivre ?".

Mon premier mois de temps libéré, vers l'entrepreneuriat, c'est donc focaliser sur mon premier métier "Etre Vivant" :)

Dans cette veine, j'ai particulièrement aimé :
- prendre soin de mon corps, avec une at-tension particulière sur le souple et le lacher (Aguahara & danse des 5 rythmes)

- m'offrir des temps de dé-connexion/re-connexion au contact de la nature (woofing express & rural co-living),
- aller à la rencontre du sacré & du subtil, dans les traditions indiennes (d'Asie et d'Amérique),

- prendre soin de mes prochaines fondations, tant administratives qu'intellectuelles (construction de business plan & formation au biomimetisme),

- faire ce que je résistais à faire depuis longtemps (ranger des vieux cartons & contacter des experts comptables),
- lancer des prototypes de mes prochaines activités, en séminaire, en soirée et en partenariat (mission avec HEC & lancement de Station FOMO),
- nourrir un réseau de nouvelles relations, fondés sur des pratiques et des valeurs (3 jours informels entre facilitateurs et enquête en ligne sur nos activités)

- célébrer la vie en passant du temps avec les gens que j'aime et avec qui j'aime rire (weekend à Lisbonne avec des super-copains et à Grenoble avec mes grands-parents).

Si je vous rends compte de cette diversité, c'est pour m'aider à prendre conscience moi-même que si la route est longue, le chemin est large. La trame n'est pas composée d'un seul fil. Si une partie de moi, fonceuse, pourrait vouloir se concentrer sur un seul axe, une autre partie de moi, tricoteuse, prend le temps des détours et des crochets.
 

Je projetais de voyager dans le monde (j'avais parlé de l'Amérique Latine). J'observe que cela ne s'est pas (encore) manifesté. Première étape en somme : j'ai commencé par faire le tour de ma maison intérieure. Le gout de l'Aventure reste bien présent. Je vais voir comment les énergies de la créativité et de l'audace s'exprimeront dans les prochaines semaines.

En vous écrivant, je me rends compte à quelque point je suis privilégié. Par ce que je peux vivre, par la manière dont je peux regarder ce que je vis et par la diversité et la qualité des personnes avec qui je peux partager tout cela . Merci !

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly